Simulation de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)

Si vous êtes intéressé(e) à participer à la Simulation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) l’année prochaine, André-Philippe Ouellet, étudiant de deuxième année au BRIDI, a rédigé une lettre ouverte concernant son expérience. Il a participé à cette simulation qui s’est déroulée du 15 au 18 mars dernier. La voici :

 » Estimées et estimés membres de l’Association des baccalauréats interdisciplinaires des champs d’études politiques, la présente est pour vous faire part de mon engouement envers la simulation de l’organisation mondiale du commerce (OMC) organisée par le HEC Montréal et à laquelle participe une délégation de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal. Lors de l’hiver 2018, j’ai fait partie de cette délégation à titre de représentant des États-Unis mexicains.
La délégation de l’École des sciences de la gestion a été très bien préparée afin de participer à la simulation qui s’échelonnait du 15 au 18 mars derniers. Afin de pouvoir participer à la simulation deux avenues s’offrent à vous. Il est premièrement possible de s’inscrire de manière indépendante à la simulation et de former un tandem représentant alors l’une des diverses nations représentées à l’organisation mondiale du commerce. Plusieurs équipes ont choisi cette voie lors de la dernière simulation et ont très bien performé. La voie que je préconise et qui permet de tirer les plus grands bénéfices de l’aventure est cependant celle du cours ESG-600 offert à tous les étudiants suite à un processus de sélection. La participation au cours permet de retirer de nombreux apprentissages, le cours s’articulant en deux parties. La première partie est plutôt théorie, il s’agit d’enseignements en lien avec l’organisation mondiale du commerce, avec notamment la lecture d’un ouvrage sur l’organisation et l’étude des principes fondamentaux de celles-ci, par exemple la clause de la nation la plus favorisée ou encore le principe de réciprocité. Les cours sont aussi ponctués par des présentations de spécialistes du commerce international permettant de bien saisir les enjeux liés à celui-ci.
La deuxième partie du cours est très pratique, cela est particulièrement intéressant pour ceux d’entre vous qui n’auraient jamais fait de simulation auparavant. L’étude des différents types de motions ainsi que des principes du décorum est à l’ordre du jour. Le cours accorde aussi une grande place à la rhétorique et à l’art oratoire puisque ceux-ci auront une importance capitale lors de la simulation.
Parmi les enseignements pratiques, il y a notamment celui de la rédaction d’accords ou de préparations d’amendements, l’étude du processus de rédaction incluant les concepts de clauses préambulatoires et opératoires est très pertinente. Et ce, considérant la nature politique, juridique ou communicationnelle de vos parcours respectifs.
La simulation se déroule sur quatre jours, tel qu’indiqué des tandems représentent diverses nations participant à une conférence ministérielle. Deux sujets sont communiqués à l’avance par l’organisation aux participants, ceux-ci pourront le premier jour de la simulation tenter d’influencer l’assemblée afin que le cas avantageant le plus leur pays soit retenu. Lors des années précédentes, des cas entourant l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle (ADPIC), l’importance du multilatéralisme dans un contexte où les relations bilatérales sont de plus en plus présentes ou encore l’inclusion des normes sociales dans les corpus des normes de l’Organisation mondiale du commerce, ont été présentés.
Il est donc possible d’orienter ses recherches afin d’être fin prêt lors de la simulation. Un des avantages inhérents au suivi du cours ESG-600 est la préparation d’un plan de négociation détaillé et révisé par les professeurs du cours afin de pouvoir être le plus efficace possible.
De nombreuses institutions sont traditionnellement représentées à la simulation, comme le HEC Montréal, l’École des sciences de la gestion ou encore Science Po Paris. Outre ces écoles à la réputation déjà bien établie, certains participants viennent d’aussi loin que du Liban afin de participer à la seule simulation francophone de l’Organisation mondiale du commerce.
La simulation d’une conférence ministérielle est une expérience enrichissante permettant de maîtriser les rouages de l’art oratoire, de l’organisation mondiale du commerce, mais aussi des procédures en assemblée qui sont assez similaires d’une organisation à une autre sans être identiques.
Je vous recommande donc vivement de participer à la prochaine édition de la simulation qui se tiendra à Montréal à l’hiver 2019. Sachez que le cours et la simulation ne sont pas traditionnellement crédités par la faculté de science politique et de droit. La participation pour celles ou ceux qui sont intéressés par le commerce et ses enjeux peut cependant être très intéressante en lien avec votre cursus. Si vous vous inscrivez à la simulation et au cours ESG-600 sachez aussi que la simulation ayant lieu vers la mi-mars, vous aurez un cours de moins pour la fin de session, ce qui peut être très intéressant.
Merci d’avoir pris le temps de me lire!
En espérant que cette lettre aura su convaincre certaines ou certains d’entre vous de former un binôme lors de la prochaine simulation.

Cordialement,

André-Philippe Ouellet Étudiant de deuxième années – BRIDI Participant à la 15e édition de la simulation de l’organisation mondiale du commerce et gagnant de la deuxième position – catégorie meilleur orateur « 

Publicités